Au vu de l’évolution de la pandémie, la conférence “Culture et démocratisation au Maghreb” initialement prévue le lundi 16 mars est reportée au mois de novembre prochain.

Culture et démocratie : l’impact du culturel dans le processus de démocratisation

Dans son Essai sur le politique, Claude LEFORT définissait la démocratie comme « un régime inouï qui fait l’expérience historique de l’indétermination de ses repères ». On peut considérer ainsi que la démocratie est un processus politique et culturel, qu’il convient de réajuster en permanence. Autant dire que la culture est au cœur du processus démocratique, dans la mesure où c’est bien par la culture que s’ouvrent des possibilités d’adaptation et d’émancipation capables de transformer en force les conflits qui traversent les sociétés.
Ce débat est particulièrement ravivé, depuis une décennie, en théorie comme en pratique, avec les révoltes enclenchées dans les pays du Maghreb et du Moyen orient. Il s’agit tout d’abord de comprendre les mutations en cours, retenant le terme de démocratie à la fois comme un système politique, et comme un ensemble de valeurs compatibles ou non avec les spécificités culturelles propres à ces sociétés, et notamment avec l’islam.
Il s’agit ensuite de nous questionner sur les conditions qui doivent être réunies pour que les sociétés du Maghreb et du Moyen-Orient, inventent en chacune d’elle un espace démocratique pour reconstruire leur projet sociétal. Ce n’est pas une chose aisée, tant la réalité historique, politique, économique, sociale et culturelle est complexe et multiple.
Ces sociétés doivent faire face à des défis majeurs, particulièrement révélés, d’abord par l’hétérogénéité des constructions et des recompositions culturelles et politiques nationales et régionales, ensuite par l’ambivalence culturelle, marquée par le tiraillement entre tradition et modernité, enfin par une adaptation difficile à la culture démocratique.